Background Image

Mercredi 17 Février

Berlin-Biden pourparlers sur Nord Stream 2… Cold Snap expose un système d'alimentation délabré… Aslund: ne retenez pas votre souffle pour l'accord avec le FMI… Les taxis chinois DiDi arrivent… L'aéroport de Kiev Sikorsky va s'agrandir: des avions plus gros = moins d'avions
James Brooke
par James Brooke
UBN Morning News est rapporté et écrit par James Brooke, ancien correspondant étranger du New York Times et chef du bureau de Bloomberg à Moscou

Les responsables allemands et de l’administration Biden discutent d’un ensemble de mesures qui permettrait l’ouverture de la ligne de gaz russo-allemande, tout en protégeant les préoccupations de sécurité de l’Ukraine, selon un article du Financial Times titré: «L’Allemagne vise un nouvel accord avec Washington sur Nord Stream 2.   »  Une proposition permettrait à l’Allemagne – ou à une commission germano-américaine – de fermer le gazoduc Nord Stream 2 si la Russie cessait d’envoyer des flux de gaz minimum à travers l’Ukraine, augmentant le risque d’une attaque militaire russe totale.

«Alors que Berlin cherche des solutions, les premiers signes de Washington indiquent que l’administration Biden cherche à désamorcer le débat sur Nord Stream 2», écrit le FT.  «Deux sources bien informées ont déclaré que [le secrétaire d’État américain Antony] Blinken avait démontré sa volonté de minimiser les sanctions.»  Bloomberg a ensuite publié une histoire correspondante hier, titrée: «L’Allemagne cherche un accord avec Biden sur un pipeline controversé.»  Bloomberg cite Mark Helfrich, membre du Bundestag de l’Union chrétienne-démocrate au pouvoir, qui a déclaré: «Des responsables allemands, européens et américains sont en pourparlers sur un ensemble de mesures visant à renforcer la stabilité ukrainienne et la souveraineté énergétique européenne.»

Un pic de consommation d’électricité par temps froid, un manque de charbon et des pannes de centrales obligent l’Ukraine orientale à importer de l’électricité de Biélorussie, de Russie et de l’ouest de l’Ukraine à importer de l’électricité de Slovaquie, de Roumanie et de Hongrie, rapporte Ukrenergo, la société nationale de distribution d’électricité.  Lundi, 19 centrales thermiques étaient hors ligne, retirant 6270 MW du système, a déclaré hier Volodymyr Kudrytskyi, président d’Ukrenergo, lors d’un forum à Kiev.

La consommation d’électricité la semaine dernière était de 6,5% supérieure aux prévisions.  Mais les réserves de charbon sont tombées à un tiers des minimums requis.  Grâce aux importations, Kudrytskyi ne prévoit pas de coupures d’électricité immédiates.

Le groupe DTEK, le plus grand producteur privé d’électricité d’Ukraine, a appelé hier le gouvernement à «abolir les plafonds de prix, qui sont un obstacle à la libéralisation du marché de l’électricité».  L’entreprise a cité l’exemple de l’UE, où le coût de production d’électricité pendant les pics de consommation peut augmenter considérablement.  DTEK a déclaré: « Nous appelons le gouvernement à intervenir dans la situation et à tenir immédiatement un siège anti-crise avec la participation du Premier ministre. »

Energoatom de l’Ukraine cessera bientôt d’envoyer du combustible nucléaire usé en Russie pour traitement et stockage, a déclaré hier Petro Kotin, le chef de l’entreprise.  En juillet, l’installation centralisée de stockage du combustible usé ouvrira ses portes, a-t-il déclaré.  Dans le même temps, Energoatom achève un raccordement ferroviaire de 43 km à l’installation, construit par Holtec, une société américaine, près de Chornobyl.  Le nucléaire fournit environ la moitié de l’électricité ukrainienne.

Avec une forte demande d’obligations d’État ukrainiennes, le ministère des Finances a déprimé les rendements des cinq obligations hryvnia vendues aux enchères d’hier, a rapporté le ministère.  Avec des rendements passant de 6 à 44 points de base, la fourchette finale était de 9,15% pour les obligations à 3 mois à 12,05% pour les obligations à 3 ans.  Le gouvernement a vendu des obligations hryvnia pour l’équivalent de 213 millions de dollars.  Publiant également ses résultats sur Facebook, le ministère a annoncé avoir vendu pour 42 millions de dollars d’obligations en dollars à 2 ans à 3,9% et 70,5 millions d’euros en euros à un an à 2,5%.

Au-delà des déclarations publiques fades entourant la récente suspension des pourparlers avec le FMI par l’Ukraine, Anders Aslund, un observateur chevronné du FMI, écrit dans un blog du Conseil de l’Atlantique: «Aucun accord n’a été conclu récemment entre le FMI et le gouvernement ukrainien parce qu’ils sont fondamentalement en désaccord sur  beaucoup de tout. »  Offrant la seule voie à suivre, Aslund écrit que le président Zelenskiy «a un besoin urgent de se recentrer sur les messages anti-corruption qui lui ont permis de remporter des victoires électorales écrasantes lors des votes présidentiels et parlementaires de 2019.»  Sans actions réelles, écrit-il, le FMI «n’a aucune obligation d’offrir des crédits aux malhonnêtes».

DiDi, le géant chinois du service de taxi en ligne, prévoit de lancer cette année en Ukraine, rapporte le site d’information AIN.ua.  Avec 550 millions d’utilisateurs, des dizaines de millions d’utilisateurs et des milliards de dollars de revenus, DiDi est entré en Russie l’année dernière, une première étape d’un plan d’expansion en Europe de l’Est.  La semaine dernière, DiDi a publié sur le site Web de recherche d’emploi GRC la recherche d’un manager à lancer en Ukraine.

DiDi sera en concurrence avec Bolt, Uber et Uklon pour le marché des taxis ukrainien, estimé par Uklon à 800 millions de dollars par an. Uber, le premier venu en Ukraine, opère désormais dans sept villes ukrainiennes et affirme que 4,3 millions d’Ukrainiens ont téléchargé son application mobile.  Uklon opère dans 19 villes et revendique près de 3 millions d’utilisateurs.  Bolt opère dans 10 villes et revendique 3 millions d’utilisateurs.

Les services de taxi ont reçu un coup de pouce hier lorsque la Rada a approuvé à une écrasante majorité un projet de loi portant la peine pour conduite en état d’ivresse à 608 $.  Pour les récidivistes, l’amende est doublée à 1 216 $, les permis sont suspendus pendant trois ans et les véhicules peuvent être saisis.  La Rada a également triplé l’amende – à 60 $ – pour les conducteurs surpris en train de dépasser la limite de vitesse nationale de 50 km / h dans les zones peuplées.

McDonald’s Ukraine prévoit d’étendre un programme pilote de recyclage des déchets de restaurants à l’ensemble des 96 restaurants du pays d’ici la fin de l’année, a annoncé la société hier.  Dans le cadre de la volonté mondiale de McDonald’s de passer du plastique au papier d’ici 2025, les restaurants ukrainiens ont opté l’an dernier pour des gobelets en papier pour les boissons et des boîtes en papier pour les salades.

Le 11e bureau Regus de Kiev ouvrira ses portes à Podil le mois prochain, rapporte la société mère luxembourgeoise IWG Plc.  Malgré la récession économique de l’année dernière, le taux d’occupation total des 10 espaces de travail Regus existants à Kiev est de 78%, a déclaré à Interfax-Ukraine Yulia Lytvynenko, directrice ukrainienne d’IWG.  Prédit que plusieurs baux importants seront signés dans les semaines à venir, elle prédit que le taux d’occupation global augmentera «à 83% d’ici mars».  Le nouveau Regus occupera trois étages du nouveau centre d’affaires Volodymyrsky sur la place Poshtova, près de la station de métro Poshtova et du funiculaire de Kiev.  Lytvynenko dit: «Le point culminant, assurément, sera de belles vues sur le fleuve Dnipro d’une part et le parc [Volodymyrska Hill] d’autre part.»

L’aéroport Sikorsky de Kiev doit ajouter 500 mètres à sa piste, ce qui permettra à Wizz Air, son utilisateur principal, d’utiliser des jets plus gros.  En passant aux jets Airbus 321, Wizz Air affirme pouvoir réduire les fréquences et le bruit dans le quartier Zhuliany de la capitale.  Wizz Air a commandé 190 Airbus 321, qui transportent 30% de passagers de plus que les Airbus 320, actuellement le cheval de bataille de Wizz Air.

Le maire Klitschko a signé la semaine dernière une commande pour que les travaux de conception commencent sur une mise à niveau de 5 ans de l’aéroport.  En agrandissant la piste à 2 810 mètres, en améliorant les feux et en ajoutant un système d’atterrissage aux instruments, l’aéroport doit être certifié pour atterrir des jets par mauvais temps, évitant ainsi les déroutements vers Boryspil.  Deuxième aéroport le plus fréquenté d’Ukraine, après Boryspil, Sikorsky a accueilli 2,6 millions de passagers en 2019. Le conseil municipal envisage une deuxième expansion: augmenter le territoire de l’aéroport de 5%, à 278 hectares.

Note de l’éditeur: Alors que le gouvernement Zelenskiy courtise les investisseurs et les investissements des Émirats arabes unis, il devrait s’occuper des investisseurs étrangers et des talents de gestion déjà présents.  En 2017-2018, Simon Cherniavsky, un directeur agricole anglo-américain, a renversé Mriya, un cas de fraude internationalement notoire.  En raison de ses réalisations, Cherniavsky a été invité à se retourner contre la State Food and Grain Corporation d’Ukraine, une société d’État réputée pour sa corruption.  Pour ses peines, écrit-il dans le Kyiv Post, il fait maintenant face à «une affaire pénale sans fondement… [dont] le principal objectif est de discréditer les initiatives prises par quelques dirigeants et politiciens réformistes qui veulent voir le succès des entreprises publiques ukrainiennes.  . »  Son essai vaut la peine d’être lu – et suivi – par des personnes qui souhaitent que l’Ukraine avance.  Avec mes meilleures salutations Jim Brooke 

Traduction Louis Chambaudie. Kiev. Ukraine.

Background Image

Vendredi 15 Janvier

Le gouvernement ronge son frein avec le FMI sur le contrôle des prix du gaz… Gazprom tient parole et paie à l'Ukraine 2 milliards de dollars… Les États-Unis effraient les entreprises de l'UE et les pousse à sortir de Nord Stream 2… Kolomoisky débranche  une centrale solaire canadienne… Le crépuscule du charbon ... 
James Brooke
par James Brooke
UBN Morning News est rapporté et écrit par James Brooke, ancien correspondant étranger du New York Times et chef du bureau de Bloomberg à Moscou

Le plan du gouvernement visant à réduire les prix de l’essence d’un tiers déclenche une vague de réunions entre les représentants du FMI et les ministres du gouvernement.  « Nous avons eu une réunion constructive avec le FMI sur les prix de l’énergie « , a écrit hier soir le Premier ministre Shmygal sur Telegram.  «La position de notre gouvernement est que le marché du gaz en Ukraine doit fonctionner.  Malheureusement, certains acteurs du marché continuent d’abuser de leur position et font  souffrir les Ukrainiens.»

Conscients de l’attachement fondamental du FMI aux prix du marché du gaz, le ministre de l’Énergie par intérim Yuriy Vitrenko et le ministre des Finances Serhiy Marchenko ont également expliqué la position du gouvernement aux représentants du FMI.  « Ils craignent que nous révisions certains de nos engagements antérieurs », a déclaré Marchenko hier à NV Radio, faisant référence au FMI.  Il n’y a aucune raison, a-t-il ajouté, «de dire que nous avons déjà fait quelque chose de très mauvais».

De Londres, Timothy Ash a souligné l’importance des prix du marché pour une source majeure de chaleur et d’électricité en Ukraine: «Le passage à une tarification du gaz basée sur le marché en Ukraine a produit d’énormes gains ces dernières années – il a contribué à réduire la consommation de gaz de plus 70 milliards de mètres cubes à moins de 30 milliards de dollars, réduisant la facture d’importations d’énergie de 12 milliards de dollars par an à peut-être 2-3 milliards de dollars, et également le quasi-déficit budgétaire de 4 à 5% du PIB, compte tenu des énormes subventions accordées auparavant à Naftogaz.  Cela a également coupé une énorme quantité de détournement  du système.  Selon les estimations, les élites ukrainiennes détournaient  peut-être 3 milliards de dollars par an dans le secteur du gaz. »

Faisant naître des manifestations de rue dans au moins huit capitales régionales, la flambée des prix de l’essence en Ukraine est due au temps froid, aux prix élevés en Europe et à une ouverture du marché mal mise en œuvre qui permet des abus de prix par les fournisseurs.  Ash encore: «L’équipe de Zelenskiy soutiendra que cela ne vise pas un renversement majeur de la tarification de l’énergie basée sur le marché, mais une réaction à la tarification de l’oligopole par quelques mauvais acteurs du secteur.  Essentiellement, Naftogaz semble vendre du gaz aux consommateurs à 7 UAH par kWh, tandis que d’autres opérateurs vendent à des prix plus proches de 11-12 UAH par kWh.  Naftogaz peut le faire en achetant du gaz à bas prix et en essayant de prendre des parts de marché. »

L’enjeu est de 2,9 milliards de dollars de prêts à faible taux d’intérêt qui doivent encore être décaissés au titre de l’accord de confirmation de 5 milliards de dollars du FMI de l’été dernier.  L’accord est largement considéré comme un sceau d’approbation des politiques économiques de l’Ukraine, une approbation qui abaisse les taux des euro-obligations pour les emprunteurs ukrainiens et, idéalement, donne le feu vert aux investisseurs physiques étrangers.  Alors que les discussions à huis clos à Kiev ont été houleuses, à Washington, le porte-parole du FMI, Jerry Rice, a simplement déclaré aux journalistes hier: «Le premier examen de l’accord de confirmation se poursuit.

Un an après la renégociation de dernière minute de l’accord de transit gazier de l’Ukraine avec Gazprom, Naftogaz rapporte que la société d’État russe a payé la totalité de sa facture 2020 – 2,1 milliards de dollars.  Gazprom a payé pour l’expédition le montant total réservé – 65 milliards de mètres cubes.  À la fin de l’année, Gazprom n’avait expédié que 86% de cette quantité – 55,8 milliards de mètres cubes.  De cette année jusqu’en 2024, Gazprom a signé un contrat pour expédier 40 milliards de mètres cubes par an via les pipelines ukrainiens.

 Aujourd’hui, le département d’État américain devrait publier un rapport énumérant les entreprises européennes travaillant sur Nord Stream 2 qui feront l’objet de sanctions américaines, rapporte Reuters à Washington.  Par avance, Rambøll, danoise, une société de génie-conseil, a abandonné cette semaine le projet de gazoduc Russie-Allemagne de 11 milliards de dollars.  L’entreprise avait réalisé des études d’impact environnemental, rapporte Politiken, le journal de Copenhague.  Quelques jours plus tôt, le norvégien Det Norske Veritas GL, qui devait certifier le pipeline de 1 230 km une fois terminé, a également abandonné le chantier  Nord Stream 2.

TIU Canada de Calgary poursuit Nikopol Ferroalloy Plant pour avoir déconnecté ( débranchée ) la centrale solaire canadienne de 10,5 MW en mars dernier, apparemment parce que l’usine de ferroalliages ne voulait pas payer les tarifs de l’énergie verte.  Le procès a débuté mercredi devant le tribunal de commerce de Kiev, la TIU accusant cette fermeture qui lui coûte 1,5 million d’euros au cours des 10 derniers mois.  La centrale solaire se connecte à une sous-station sur le terrain de l’usine de ferroalliages, qui appartient à Igor Kolomoisky, Gennadiy Bogolyubov et Viktor Pinchuk.  La TIU soutient qu’en vertu de la législation ukrainienne, seuls les producteurs d’électricité peuvent déconnecter une centrale du réseau électrique national.

 La production de charbon de l’Ukraine a chuté de 7% l’année dernière, atteignant 29 millions de tonnes, près du niveau de 1916, rapporte le ministère de l’Energie.  L’emploi dans les mines de charbon est aujourd’hui d’environ 30 000 personnes, soit 6% du niveau de la fin de la période soviétique.  Au cours des 15 dernières années, les subventions gouvernementales aux mines de charbon sont passées de 8 milliards de dollars par an à moins de 500 millions de dollars par an aujourd’hui.

Western Ukraine Coal Construction, dernière société d’État ukrainienne consacrée à la construction de mines de charbon, est mise aux enchères dans 10 jours, rapporte le State Property Fund.  La société dispose de 15 700 mètres carrés à son siège à Chervonograd, dans la région de Lviv et de neuf hectares dans une station de mineurs dans la région du lac de Volyn.  Les enchères commencent à 400 000 $.

Le State Property Fund prévoit de vendre 500 propriétés de l’État cette année à des propriétaires privés, écrit Dmytro Sennychenko, le chef du Fonds, sur Facebook.  «La privatisation crée des emplois, améliore l’état socio-économique des régions et l’État cesse de dépenser les fonds des contribuables en dommages et intérêts», a-t-il écrit.  Les obstacles comprennent: la nécessité de suivre 70 procédures pour chaque vente de propriété, «le sabotage par la direction de l’entreprise ou ses dirigeants« fantômes », et le manque d’approbation finale de la Rada pour lever la suspension des grosses ventes de l’année dernière.

Les aéroports régionaux sont prêts pour un décollage post pandémique.  Les chiffres du trafic UkSATSE pour 2020 ont confirmé la domination des deux grands aéroports de Kiev – Boryspil (47 524 vols) et Sikorsky (12 805).  Le graphique de l’agence de contrôle du trafic aérien sur Facebook montre une deuxième couche qui rattrape Sikorsky: Lviv (9 850), Odesa (9 282) et Kharkiv (7 576).  Une troisième couche présente un potentiel: Dnipro (4 174), Poltava (4 119) et Zaporizhia (4 087).  Cet hiver, Dnipro entame une reconstruction de 100 millions de dollars sur 3 ans de sa piste et de son terminal.  Au printemps dernier, Zaporizhia a inauguré son nouveau terminal.  Et le trafic aérien de Poltava est entièrement affrété.  Les vols réguliers devraient suivre – une fois les restrictions de voyage de l’UE levées.

 La BERD travaille avec le ministère des Infrastructures pour créer des fonds dédiés au développement des aéroports et des infrastructures ferroviaires ukrainiennes, a déclaré hier le ministre Vladyslav Krykliy sur le site Web du ministère.  Dans une tentative d’imiter le Fonds routier, «la BERD a déjà alloué des fonds et sélectionné des consultants pour analyser l’expérience internationale, développer un concept et rédiger une législation pertinente», a déclaré Krikliy.  La BERD a également remis hier au ministre un rapport évaluant la capacité du ministère à mettre en place des partenariats publics avec des entreprises privées.

Note de l’éditeur – Pendant deux ans, Michael Yurkovich a été le meneur  énergique  de Calgary.  Le PDG de TIU Canada n’a cessé de faire du prosélytisme pour les investissements étrangers en Ukraine depuis ce jour glacial de janvier 2018 où nous nous sommes rencontrés lors de l’inauguration de sa centrale solaire à Nikopol, jusqu’aux jours plus chauds à Davos où il a prêché la qualité de l’investissement devant le public .  Maintenant, cet ukraino-canadien porte son toute son amertume sur sa tête … MM. Koloimoisky et consorts peuvent penser qu’ils sont intelligents en débranchant la prise  ( image ) de sa centrale solaire… Mais Yurkovich est un combattant et sait utiliser un mégaphone international. Tandis que la dette de l’Ukraine envers les producteurs solaires et éoliens approche le milliard de dollars, Yurkovich n’est pas seul.  Hier, j’ai écrit un article sur le fait que le Cabinet des ministres accélère les permis d’immigration pour les investisseurs qui investissent 100 000 $ dans une entreprise ukrainienne.  À 7h12, j’ai reçu cet e-mail rapide d’un investisseur américain dans l’énergie éolienne: «Les étrangers qui investissent plus de 100 000 dollars en Ukraine sont plus susceptibles de ne vouloir juste qu’un permis d’émigration et pas plus !»  Avec mes meilleures salutations, Jim Brooke 

Traduction Louis Chambaudie. Kiev. Ukraine.

Background Image

Lundi 11 Janvier

Gazprom s’emploie à terminer Nord Stream d’ici l’été… Ukraine Zéro investissement étranger en 2020… DTEK ouvre le «centre d’investissement» de Londres… Turquie-Ukraine: 30 projets de production militaire… Ryanair supprime 70% des vols au départ de Kiev jusqu'en avril
James Brooke
par James Brooke
UBN Morning News est rapporté et écrit par James Brooke, ancien correspondant étranger du New York Times et chef du bureau de Bloomberg à Moscou

Gazprom relance la construction de Nord Stream 2 vendredi, en utilisant une flottille de trois bateaux russes capables de terminer la ligne de gaz Russie-Allemagne d’ici mai, rapporte le Financial Times depuis Moscou et Berlin.  L’agence de l’énergie du Danemark déclare avoir reçu les documents nécessaires à la reprise de la pose des canalisations le 15 janvier. Un responsable du ministère allemand des Affaires étrangères a déclaré au FT: «Selon nos informations, les permis de construction nécessaires à la pose du gazoduc ont été délivrés.»  Travail arrêté il y a un an, face aux nouvelles sanctions américaines. Un deuxième niveau de sanctions a été approuvé par le Congrès américain il y a 10 jours.

«Les sanctions américaines retarderont la finalisation du projet, mais n’empêcheront pas son achèvement», prédit Naz Masraff, directeur Europe d’Eurasia Group. «En fin de compte, Moscou, avec l’aide de Berlin, trouvera les moyens de contourner toutes les sanctions.»  Dans la perspective de la prise en poste de Joe Biden la semaine prochaine comme président des USA , une déclaration  au FT: «Les sanctions [américaines] seront probablement utilisées comme levier pour coopérer avec le gouvernement allemand sur les restrictions visant à rendre le gazoduc opérationnel tout en prêtant attention aux  Les inquiétudes de Washington sur l’Ukraine.

Le transit du gaz russe à travers l’Ukraine n’étant garanti que jusqu’en 2024, l’opérateur de gazoduc ukrainien négocie des alternatives: le stockage de gaz à partir de nouveaux terminaux GNL dans la Baltique et l’Adriatique, et le transport de gaz «non carbonisés», tels que l’hydrogène et le biométhane.  Olga Bielkova, directrice des affaires internationales du système de transport de gaz ukrainien, écrit dans un blog du Conseil de l’Atlantique sur l’Ukraine Alert que l’Ukraine et la Roumanie augmentent leurs pipelines transfrontaliers de un à quatre, l’Ukraine négocie avec la Hongrie l’accès au gaz du nouveau terminal GNL de Croatie,  et offre aux négociants de gaz polonais une capacité de stockage dans l’ouest de l’Ukraine, près de la frontière.

Les politiciens pro-russes faisant la promotion du vaccin russe contre le coronavirus font des progrès alors que l’Occident retarde l’envoi de ses propres vaccins en Ukraine, rapporte le New York Times dans un article intitulé: «Dans la géopolitique des vaccins, un grand jeu joué avec la santé des Ukrainiens.»  L’article rapporte que les premiers vaccins fournis par Covax doivent arriver en mars et que les achats commerciaux de vaccins occidentaux ne doivent commencer qu’à la fin de cette année.  Dans un message du Nouvel An, le président Zelenskiy s’est plaint que «les pays les plus riches» recevront le vaccin en premier.

Alfa-Bank Ukraine prévoit que le chiffre des investissements directs étrangers de fin d’année 2020 sera de 0,00 milliard de dollars.  En comparaison les entrées nettes d’IED étaient de 5,2 milliards de dollars en 2019 et de 4,5 milliards de dollars en 2018.

L’absence d’État de droit, les dettes impayées envers les investisseurs solaires et éoliens et la purge de l’année dernière des réformateurs de renommée internationale du gouvernement ouvrent de sombres perspectives d’investissements entrants cette année. Anders Aslund prédit dans un blog du Atlantic Council Ukraine: «What is Ukraine’s  Perspectives économiques pour 2021? »  «Pour l’avenir, le pire problème économique de l’Ukraine reste l’absence de droits de propriété, qui continue d’entraver les investissements de toute nature», écrit l’économiste américano-suédois de Washington.  «Sans réforme judiciaire ou augmentation des investissements, il y a peu de raisons de s’attendre à une croissance économique au-delà des gains découlant du rebond attendu après le coronavirus.»

D’ici la fin de l’année prochaine, Ukrhydroenergo prévoit de mettre en service dans ses centrales hydroélectriques des systèmes de stockage d’énergie d’une capacité de 212 MW et des centrales solaires d’une capacité de 65 MW, déclare Ihor Syrota, PDG de la société nationale de production d’énergie hydroélectrique.  Sans citer de chiffres, il a déclaré que la Banque mondiale et la Banque européenne d’investissement étaient prêtes à prêter au projet, rapporte Expro Consulting.

DTEK ouvre «un centre d’investissement» à Londres pour attirer des investissements dans des projets d’énergie renouvelable en Ukraine et dans l’UE, rapporte la société.  «Nous avons créé un hub pour attirer les investissements dans de nouveaux projets énergétiques en Ukraine», déclare le PDG de la société Maxim Timchenko.  «Cela concerne principalement les sources d’énergie renouvelables, les systèmes de stockage d’énergie et les projets d’énergie hydrogène.»

«La Turquie et l’Ukraine travaillent sur« plus de 30 projets conjoints »pour la production d’équipements militaires, a déclaré l’ambassadeur d’Ukraine en Turquie, Andrii Sybiha, dans une longue interview écrite avec Defencehere.com, un site d’information sur l’industrie de la défense turque.  Plutôt que d’échanger des marchandises militaires à travers la mer Noire, les pays se concentrent sur «des recherches conjointes, des coentreprises et l’établissement d’une production conjointe», dit-il.  Ces décennies, prédit-il, verront des avions ukrainiens Antonov construits en Turquie et des drones turcs produits en Ukraine.  En ce qui concerne l’espace, il a déclaré que les deux pays travaillaient pour le développement conjoint de «technologies satellitaires, de systèmes de lancement spatial et d’infrastructures».

Une route de conteneurs Turquie-Ukraine-Pologne est en préparation pour 2021, Ukrferry et Ferrplus ayant signé un accord avec le terminal Lisky d’Ukrzaliznytsia à Kiev.  Sur une route multimodale, les conteneurs traverseront la mer Noire en ferry, en grande partie à Odessa, puis continueront par chemin de fer jusqu’à Kiev, puis à Gdansk, le port de la Pologne sur la Baltique, rapporte Railfreight.com.  Par ailleurs, Edvīns Bērziņš, le nouveau directeur letton du terminal de fret d’UZ à Lisky, négocie avec PKP Cargo Connect pour le transport de marchandises entre l’Ukraine et la Pologne;  avec BTLC Allemagne pour développer les trains de conteneurs entre l’Europe et la Chine;  et avec DHL permettra d’organiser le transport de conteneurs autour de l’Ukraine.

À l’occasion de la date anniversaire de l’avion de passagers abattu de l’UIA au-dessus de Téhéran, l’Ukraine s’est jointe à l’Afghanistan, au Canada, à la Suède et au Royaume-Uni pour déclarer: «Nos pays tiendront l’Iran pour rendre justice et veiller à ce que l’Iran accorde des réparations complètes aux familles des [176] victimes et des pays touchés. »  Les pilotes de l’UIA, les équipages aériens et les familles des défunts ont déposé vendredi des fleurs sur une pierre commémorative à Willow Grove Square sur la rive gauche du Dnipro.

Ryanair suspend environ 70% de ses vols au départ de Kyiv Borsypil jusqu’en avril, selon une analyse du système de réservation de la compagnie aérienne à rabais par avianews.com.  Jusqu’au printemps, seules trois des 30 routes au départ de Kiev fonctionneront sans changement.  Les vols au départ de Kharkiv et Kherson sont suspendus et le trafic au départ de Lviv est limité à un seul vol vers Londres.

L’UE et le Royaume-Uni ont largement interdit les visites non essentielles des Ukrainiens.  Les vols sont en grande partie limités aux personnes ayant un permis de travail, des visas d’études, en transit ou des ressortissants du pays de destination.  La plupart des pays exigent un certificat attestant le résultat négatif d’un test de coronavirus effectué dans les 48 heures précédentes.

De l’éditeur: Zéro investissement étranger l’année dernière …  Cela devrait être une sonnette d’alarme pour une réinitialisation majeure par l’administration Zelenskiy.  Sinon, l’économie ne fera que tituber jusqu’en 2024. Un diplomate italien partant pour Rome la semaine dernière, m’a laissé avec ces chiffres qui donnent à réfléchir pour l’investissement italien en 2018: Afrique: + 18 milliards d’euros;  Ukraine: moins 200 millions d’euros. Avec mes meilleures salutations, Jim Brooke

Traduction Louis Chambaudie. Kiev. Ukraine.