Background Image

Du jeudi 15 octobre

 Zelenskiy s'envole aujourd'hui pour la Turquie pour signer un accord militaire ... Les deux pays coopèrent sur les drones de combat, les moteurs de missiles, les avions ... Le Pivdenmash de Dnipro construit des moteurs de fusée pour la NASA et l'UE
James Brooke
par James Brooke
UBN Morning News est rapporté et écrit par James Brooke, ancien correspondant étranger du New York Times et chef du bureau de Bloomberg à Moscou

Le président Zelenskiy se rend aujourd’hui en Turquie pour signer un accord bilatéral de coopération militaire.  Reflétant les liens croissants en matière de technologie des armements, la visite de trois jours de Zelenskiy fait suite à la visite du ministre turc de la Défense Hulusi Akar à Kiev en juillet et à la visite en Turquie fin août d’une délégation ukrainienne de l’industrie de l’armement, dirigée par Oleh Urusky, vice-Premier ministre et Industries stratégiques.

Intéressés par les drones militaires et les moteurs de missiles, les Ukrainiens ont visité les installations de production de Turkish Aerospace Industries, Roketsan, ASELSAN et Baykar Makina, le principal développeur de drones de Turquie.  De retour à Kiev, Urusky a déclaré à Ukrinform, l’agence de presse officielle, que la Turquie et l’Ukraine étaient en train de créer «une alliance stratégique» pour la production de défense.  Le 1er septembre, ASELSAN, le principal entrepreneur de l’industrie de la défense en Turquie, a enregistré une société en Ukraine pour «marketing et développement commercial».

L’Ukraine prévoit d’acheter 50 drones de combat Bayraktar TB2 et d’installer une chaîne d’assemblage à grande échelle en Ukraine pour l’avion à voilure fixe sans pilote, rapporte Defence World, un site d’information sur la défense basé en Virginie.  «Nous avons convenu de mettre en place une chaîne d’assemblage à grande échelle pour ces drones en Ukraine», a déclaré Vadym Nozdr, PDG d’Ukrspetsexport, à LB.ua.  «Actuellement, nous choisissons un lieu pour la production des drones.»  L’armée ukrainienne a déjà acheté 12 drones et trois stations de contrôle au sol pour un montant de 69 millions de dollars.

L’Ukraine finira par exporter les drones de combat sous licence de Baykar Makina, a déclaré Nozdr.  Ukrspetsexport, qui fait partie du conglomérat UkrOboronProm, aura le droit de vendre les drones à des pays qui ne les achètent pas déjà à la Turquie.  Au cours des deux dernières années, les Bayraktar TB2 ont été utilisés dans les combats en Libye, en Syrie et en Irak.  Aujourd’hui, l’Azerbaïdjan les utilise contre les forces arméniennes du Haut-Karabakh.  Au 8 juin, au moins 19 TB2 sont confirmés comme détruits en action, rapporte le site Lostarmour.

Le constructeur de moteurs Ivchenko-Progress, basé à Zaporizhia, produit 12 moteurs AI-35 pour propulser le nouveau missile de croisière turc Gezgin.  Semblable au Tomahawk américain, le Gezgin peut être tiré depuis des navires et a une portée de 1000 km, soit à peu près la longueur est-ouest de la mer Noire.  « Nous fabriquons des AI-35 pour les Turcs – c’est pour un missile de croisière », a déclaré Igor Kravchenko, responsable de la fabrication d’Ivchenko-Progress, au site d’information ukrainien Defence Express.

«Le travail Turquie-Ukraine sur le moteur de missile pourrait ouvrir la porte au transfert de technologie», a titré mardi le site d’information américain Defence World. Leur journaliste basé à Ankara, Burak Ege Bekdil, écrit: «La coopération en matière de technologie moteur entre les voisins de la mer Noire, la Turquie et l’Ukraine, pourrait se transformer en un accord commercial à plus long terme impliquant la production d’avions et le transfert de technologie, conviennent les responsables et les analystes turcs.  À la mi-août, Oleksandr Los, le nouveau directeur d’Antonov, l’avionneur ukrainien, s’est rendu en Turquie.

Artem Holding de Kiev, fabricant de fusées Luch Design Bureau, a terminé les tests du RS-80, un nouveau missile d’avion non guidé, a rapporté vendredi l’agence de presse chinoise Xinhua.  Conçu pour détruire les chars, les véhicules blindés de transport de troupes et les canons automoteurs, le missile doit être fabriqué pour les forces armées ukrainiennes et pour l’exportation.

Pivdenmash, basé à Dnipro, anciennement Yuzmash, construit des moteurs de fusée avec Northrop Grumman pour le projet Antares de la NASA et des moteurs pour la fusée Vega de l’Agence spatiale européenne, Volodymyr Usov, chef de l’Agence spatiale ukrainienne, a déclaré samedi lors de la conférence Doing Space In UA.  Ukrinform rapporte que l’Ukraine devrait se concentrer sur le créneau de la production de moteurs pour fusées qui placent des satellites en orbite.

Propulsée par des moteurs Pivdenmash, une fusée Antares a décollé de l’installation de vol Wallops de la NASA en Virginie le 2 octobre. Trois jours plus tard, le vaisseau spatial de ravitaillement Cygnus s’est amarré à la Station spatiale internationale.  La NASA rapporte que la cargaison de 3 500 kg comprend un toilette spatiale expérimentale de 23 millions de dollars et un équipement expérimental pour éliminer l’ammoniac de l’urine,  transformé en eau potable et créer de l’énergie.  Volodymyr Yelchenko, ambassadeur d’Ukraine aux États-Unis, a assisté au lancement et a écrit plus tard: «La structure de base Antares Stage 1 a été développée par Pivdenne SDO et fabriquée par Pivdenmash en coopération avec des entreprises ukrainiennes telles que Hartron-ARKOS (Kharkiv), Kyivprylad (Kiev)  , Hartron-Yukom (Zaporizhia), CHeZaRa, Rapid (Tchernihiv) et d’autres. »

in collaboration with CMS Cameron McKenna Nabarro Olswang Ukraine and UBN,  we have created the "Investing and Doing Business in Ukraine 2020 guide”.

D’ici décembre, l’entrepreneur ukrainien Max Polyakov espère lancer depuis la base aérienne de Vandenberg en Californie sa première fusée, Alpha.  Conçu pour transporter une charge utile de 1000 kg, l’Alpha de 29 mètres de haut placerait un petit satellite en orbite terrestre basse.  Polyakov, originaire de Dnipro, estime qu’il a investi 150 millions de dollars dans le projet, un chiffre dépassé seulement par Elon Musk avec Space X et Jeff Bezos, avec Blue Origin.

«Un magnat des fusées se prépare à lancer une union de la technologie américaine et soviétique» titre un article de 4 000 mots dans Bloomberg Business Week sur Polyakov et sa société Firefly Aerospace basée à Austin.  Polyakov pense pouvoir occuper un créneau rentable pour la livraison de charges utiles, entre les 300 kg du Rocket Lab néo-zélandais et les 8 000 kg de fusées SpaceX, Blue Origin et NASA.  Pour son projet, il dit qu’il emploie 300 personnes aux États-Unis et 4 000 en Ukraine.  Dans trois à cinq ans, «nous serons au bon moment, au bon endroit, avec un produit qui dévore le marché», dit-il à Ashlee Vance de Bloomberg.

«S’il peut rejoindre SpaceX et Rocket Lab pour lancer régulièrement des satellites en orbite, les cent millions de dollars supplémentaires en auront valu la peine», écrit Vance, auteur d’un livre sur Musk et SpaceX.  « La valeur de Firefly atteindrait presque certainement des milliards. »

Tout comme les entreprises d’externalisation informatique en Ukraine, Polyakov puise dans l’héritage soviétique de la nation en matière d’enseignement scientifique, technologique, technique et mathématique de haut niveau pour le monde moderne.  «Même après toutes ces années et de nombreux progrès dans le domaine de la science des fusées, les Ukrainiens savent encore comment construire certains composants essentiels de la fusée … mieux que quiconque», écrit Bloomberg.  Notant la grande énergie et l’ambition de Polyakov, le magazine déclare: « Firefly a également des plans pour une plus grosse fusée appelée Beta, ainsi que pour ses propres satellites, systèmes de propulsion, un avion spatial réutilisable et un atterrisseur lunaire. »

Dans une étape clé vers le lancement de la première fusée Alpha, Firefly rapporte que le 20 septembre, il a effectué avec succès un test simultané de ses quatre moteurs Reaver dans un banc d’essai à Briggs, au Texas.  En janvier dernier, un test a provoqué un incendie accidentel de kérosène.  L’année dernière, Yuzhmash de Dnipro a signé un accord de 15 millions de dollars pour fournir des pièces de fusée pour les moteurs Reaver de Firefly.

Alors que de nouvelles infections corona dans l’UE atteignent 10 fois les niveaux de début août, Wizz Air annule 24 vols entre l’Ukraine et les villes de l’UE, rapporte Lowcostavia.com.ua.  Les annulations incluent les vols Wizz Air de Kyiv Sikorsky à Bratislava, Katowice, Larnaca, Lisbonne, Riga, Salzbourg et Tallinn.  Depuis Lviv, Kharkiv, Odesa et Zaporijia, les annulations incluent des vols à destination de Berlin, Budapest, Dortmund, Gdansk, Katowice, Cracovie, Milan, Vienne et Wroclaw.

Note de l’éditeur: Voici une question: pourquoi les ventes au détail ont-elles augmenté de 10% cet été, alors que l’économie recule de 6% cette année?  Les réponses viendront cet après-midi des dirigeants de L’Oréal, Auchan, Peugeot, Zakaz et Global Distribution Ukraine.  À 17h00, la Chambre de commerce française en Ukraine parraine une conférence webinaire intitulée «Les nouvelles tendances de consommation en Ukraine».  La transmission est en direct sur Facebook et YouTube, la langue est l’anglais, je modère et le seul sujet tabou est la victoire 7-1 de la France sur l’Ukraine la semaine dernière à Paris.  Avec mes meilleures salutations, Jim Brooke

Traduction Louis Chambaudie