Background Image

Mercredi 4 Novembre

L'UE met en garde les futures décisions de justice menacent l'aide et la suppression des visas pour les ukrainiens  ... Solutions pour la Cour: purge et démissions des juges  ou freins au procédé par la Rada ... Avantage du changement climatique?  Expédition fluviale  toute l'année sur le Dniprr
James Brooke
par James Brooke
UBN Morning News est rapporté et écrit par James Brooke, ancien correspondant étranger du New York Times et chef du bureau de Bloomberg à Moscou

Les décisions de la Cour constitutionnelle visant à détruire les agences anti-corruption de l’Ukraine menacent l’aide de l’UE et le régime sans visa permettant aux Ukrainiens de se rendre dans l’UE, a averti hier Peter Stano, le porte-parole des affaires étrangères de l’UE.  Faisant allusion aux récentes décisions de justice visant à bloquer les unités de lutte contre la corruption inspirées et financées par l’Occident, le porte-parole a déclaré: «La lutte contre la corruption est l’un des principaux objectifs et engagements pris par l’Ukraine dans le cadre de l’accord d’association.  -Programme d’assistance financière entre l’UE et l’Ukraine et le processus de libéralisation des visas.

En l’absence d’une résolution en vue, Adamant Capital conclut qu’il n’y aura plus d’aide du FMI cette année.  «Un tel recul signifie également que le pays ne remplit plus les conditions nécessaires pour continuer à recevoir le soutien du FMI et d’autres IFI», a écrit hier soir la société financière basée à Kiev à propos de l’accord de confirmation de 5 milliards de dollars signé en juin dernier avec le FMI.  .  «La probabilité que l’Ukraine reçoive vite le soutien des donateurs cette année devient de plus en plus  mince.

Avec 15 membres en exercice, la Cour constitutionnelle a décidé depuis août de geler plusieurs agences anti-corruption.  À présent, la Cour dit qu’elle va réexaminer aussi le tout nouveau marché des terres agricoles en Ukraine puis la loi qui a permis la fermeture de 100 banques en 2015-2016 et la loi linguistique ukrainienne pour finir par la Haute Cour anticorruption, âgée d’un an.

    Reflétant une polarisation croissante, la Cour est de plus en plus considérée comme un agent des intérêts du Kremlin.  «La Cour constitutionnelle a-t-elle été choisie par hasard?»  Fedor Venislavsky, membre du parti au pouvoir à la Rada et représentant du président Zelenskiy à la Cour, a demandé hier au parlement.  «Non, pas par hasard parce qu’il y a un groupe de juges à la Cour constitutionnelle qui sympathisent ouvertement avec la Fédération de Russie. »  En avril 2014, Oleksandr Tupytsky, le président de la Cour, a statué que la Cour n’avait pas de décision concernant le référendum sur la sécession organisé par la Russie en Crimée.  Aujourd’hui, il fait l’objet d’une enquête pour avoir acheté une propriété en Crimée sous contrôle russe, une violation de la loi ukrainienne.

    Au moins 200 membres de la Rada ont signé une pétition demandant la démission de tous les juges de la Cour constitutionnelle.  Venislavsky, membre de la Rada, a menacé: «S’ils ne font pas cela, le parlement le fera.  Et si le parlement ne fait pas cela, la rue peut le faire.  Un juge ne peut être licencié que par un vote des deux tiers de ses collègues.  Un autre projet de loi à la Rada porterait le quorum pour une décision à 17 juges.  Pratiquement par elle-même la Cour peut rejeter comme inconstitutionnelle toute loi adoptée par la Rada pour restreindre ses pouvoirs.  On ne sait pas si Zelenskiy a les 226 voix à la Rada pour un projet de loi qui licencierait tous les juges.

    La Cour constitutionnelle s’enfonce à sa poursuite .  Un juge, Ihor Slidenko, a déclaré à l’agence de presse UNIAN que Zelesnkiy, en menaçant de destituer tout le banc, «s’est frayé un chemin jusqu’à 150 ans de prison».  Ignorant le fait que l’Ukraine est déjà en guerre avec la Russie, il a ajouté: « Vient ensuite l’effondrement de l’Ukraine et la guerre, car, à part ces 226 (votes) – personne ne les reconnaîtra. »  Tupytsky, le président de la Cour, a déclaré aux journalistes vendredi: «La loi de Zelenskiy sur la réforme du droit constitutionnel montre les signes d’un coup d’État constitutionnel.»  Sans le tribunal, il a averti: «N’importe quel oblast aurait la possibilité de voter au niveau du conseil de l’oblast pour l’autodétermination ou la sécession de l’Ukraine.»

    «Zelensky se bat contre la capture de l’État», titre un éditorial hier dans le Financial Times.  «Les politiciens pro-russes et liés aux oligarques ont utilisé un système judiciaire corrompu pour abolir ou affaiblir les organes et les règles anti-corruption mis en place après la révolution pro-démocratie de 2014», écrit le FT à propos d’une série de décisions judiciaires récentes.  «Ces défis ressemblent à une tentative systématique de déclencher une rupture avec le FMI et l’UE.  Une Ukraine à court d’argent pourrait alors retomber et revenir dans l’orbite de la Russie.»

    Passant en revue les choix de Zelenskiy, le FT conseille: «Il doit travailler avec d’autres parties et la société civile pour parvenir à un consensus aussi large que possible.  En tant que populiste de manuels scolaires, M. Zelensky semblait s’attendre à des solutions instantanées sans faire de choix difficiles.  Mais le renforcement des institutions a besoin de compétences et de dévouement.  L’avenir de l’Ukraine est en jeu.»

    Dans un signe que la confrontation pourrait avoir un impact économique, la banque centrale ukrainienne a vendu la semaine dernière 150 millions de dollars pour défendre la hryvnia.  La monnaie nationale ralentit en se dévaluant, s’échangeant actuellement à 28,57 pour un dollar.

    Enhardi par le mois d’octobre le plus chaud jamais enregistré, le ministre de l’Infrastructure, Vladyslav Krikliy, propose d’investir dans des écluses améliorées pour permettre la navigation sur le Dnipro toute l’année.  «Nous prévoyons d’effectuer la navigation sur le Dniepr tout au long de l’année, si les conditions météorologiques y sont favorables», a-t-il déclaré.  L’année dernière, les écluses de Kiev ont fermé le 15 novembre et ont rouvert le 30 mars. Nibulon et d’autres compagnies de navigation se sont plaints que le Dnipro était en grande partie libre de glace jusqu’au début de janvier.  Aujourd’hui, des travaux de réparation sont en cours sur quatre des six écluses du Dnipro: aux barrages hydroélectriques de Kiev, Kaniv, Kamianske et Kakhovka.

    Un projet de reconstruction de 20 à 40 millions de dollars est nécessaire pour les six écluses, Ukrvodshlyakh, ou voies navigables ukrainiennes, rapportée l’année dernière, concluant qu’elles sont toutes «inutilisables pour un fonctionnement normal» ou en état «d’urgence».  Au printemps dernier, la Rada a débloqué 2,7 millions de dollars en argent pour l’entretien des écluses à ajouter au fonds Covid.  «Mais nous avons trouvé un moyen de sortir de cette situation et, avec le soutien financier de nos partenaires européens, nous continuons à réaliser ces travaux, a déclaré Krikliy, évoquant une aide de 7 millions d’euros arrivée en août.  Le gouvernement estime que si un projet de loi sur les «voies navigables intérieures» est adopté ce mois-ci par la Rada, les taxes d’utilisation de la rivière paieront une grande partie de l’entretien des écluses.

    Les exportations d’octobre ont augmenté de 1,3% en glissement annuel et de 10,4% par rapport à septembre, écrit Taras Kachka, sous-ministre du Développement économique, du Commerce et de l’Agriculture, sur Facebook.  Les exportations d’octobre de 4,7 milliards de dollars ont réduit la baisse des exportations pour les 10 premiers mois de cette année à 4,8%.  Avec des importations en baisse de 12,2% cette année, le déficit commercial de l’Ukraine sur 10 mois a été réduit en six mois, à 4 milliards de dollars.

    Pour aider la balance des paiements de l’Ukraine, les travailleurs migrants ont envoyé 1 milliard de dollars en septembre, en hausse de 6% par rapport au mois d’août, a rapporté TSN, citant de nouveaux chiffres de la Banque nationale d’Ukraine.  Malgré les obstacles créés par la lutte contre le coronavirus, les travailleurs migrants ukrainiens ont renvoyé chez eux 8,5 milliards de dollars jusqu’en septembre, soit environ 5% de moins que le niveau de l’année dernière.

    En augmentant les rendements, le ministère des Finances a pu multiplier mardi par cinq le volume de ses ventes d’obligations par rapport au volume vendu aux enchères de la semaine dernière.  Totalisant l’équivalent hryvnia de 68,5 millions de dollars, presque toutes les ventes étaient des obligations à 4 mois, qui ont porté des rendements de 7,5%, contre 7,3% lors de la dernière vente aux enchères.

    Kiev a l’intention d’émettre des obligations hryvnia pour un montant total de 53 millions de dollars.  Les quatre séries d’obligations porteront des rendements annuels allant jusqu’à 11%.  Hier, Fitch Ratings a attribué la note attendue à long terme «B (EXP)».

    Les Ukrainiens continuent d’abandonner les espèces pour les cartes, selon les derniers chiffres de la Banque nationale d’Ukraine.  Pour les neuf premiers mois de cette année, le nombre de transactions a augmenté de 18% en glissement annuel, à 4,3 milliards.  Dans le même temps, le total des transactions hryvnia a augmenté de 8,7%, à 2,8 billions d’UAH – 98 milliards de dollars.  Au cours de ce mois de septembre, le nombre de terminaux de point de vente a augmenté de 8% en glissement annuel, à 360 400.

    Note de l’éditeur: Alors que Zelenskiy réfléchit au choix entre violer la Constitution ou regarder la Cour pousser l’Ukraine sur la voie de la kleptocratie, il réfléchîtes se demande que fera l’Occident?  En ce qui concerne les États-Unis, tout dépend de qui sortira comme président du vote d’hier.  La vision de Trump de l’Ukraine est passée d’hostile à indifférente.  Biden s’est rendu en Ukraine cinq fois en tant que vice-président.  Aujourd’hui, de nombreux démocrates estiment avoir un compte à régler avec Poutine.  En avril 1992 au Pérou, j’ai couvert le «coup d’auto» d’Alberto Fujimori – sa fermeture des tribunaux et du congrès.  Dix-huit mois plus tard, de l’autre côté de la planète, le président russe Eltsine a décrété la fermeture du Soviet suprême et du Congrès des députés du peuple.  À Lima, un char solitaire de l’armée s’est rendu au Congrès et a pris la reddition sans tirer un coup de feu.  À Moscou, des chars de l’armée russe ont bombardé la Maison Blanche, tuant des dizaines de personnes.  À Washington et au New York Times (mon employeur), des fonctionnaires et des éditorialistes ont applaudi Eltsine et hué Fujimori. Pourquoi?  La Russie était stratégiquement importante et le Pérou ne l’était pas. Avec mes meilleures salutations, Jim Brooke 

    Traduction Louis Chambaudie. Kiev. Ukraine.