Background Image

Mercredi 2 Décembre

 L'Ukraine fournit la moitié des travailleurs migrants de l'UE ... Les pays de l'UE investissent pour moderniser les points de passage avec l'Ukraine ... Le Brésil et l'Ukraine explorent des partenariats de production d'armes ... La Turquie et l'Ukraine explorent des investissements dans les ports, les routes et le rail
James Brooke
par James Brooke
UBN Morning News est rapporté et écrit par James Brooke, ancien correspondant étranger du New York Times et chef du bureau de Bloomberg à Moscou

Soulignant le rôle émergent de l’Ukraine en tant que réserve de main-d’œuvre de l’UE, les Ukrainiens représentaient 55% des 1,2 million de permis de séjour pour la première fois octroyés l’année dernière à tous les citoyens non européens pour travailler dans l’UE, selon un nouveau rapport d’Eurostat.  L’année dernière, 660 000 Ukrainiens ont reçu ces premiers permis de travail, soit un bond de 19% par rapport à 2018. C’était 13 fois plus que la prochaine source de main-d’œuvre – l’Inde, avec 50 000 – et 16 fois le troisième pays – la Biélorussie, avec 41 000.  Ces chiffres ne tiennent pas compte des Ukrainiens qui se trouvent dans l’UE avec des visas de long séjour ou du flux aller-retour de travailleurs informels qui profitent du régime sans visa de 90 jours.

La majorité des 756 548 Ukrainiens qui ont obtenu leur première résidence dans l’UE l’année dernière sont allés en Pologne – 79%.  Répartis dans les pays baltes et dans toute l’Europe centrale, les Ukrainiens représentaient la première nationalité des travailleurs étrangers autorisés à séjourner dans huit pays de l’UE: Lettonie, Lituanie, Estonie, Finlande, Pologne, Hongrie, Slovaquie et République tchèque.  Contrairement à la croissance rapide des Ukrainiens, les «premiers titres de séjour» de l’UE délivrés à toutes les nationalités pour toutes les raisons ont augmenté l’année dernière de 6%, à 3 millions.

Alors que le trafic transfrontalier devrait rebondir ce printemps, en supposant que les vaccins réduisent la pandémie de coronavirus, les pays de l’UE aident l’Ukraine à moderniser ses points de passage souvent obsolètes.  Dans les semaines à venir, des experts de l’UE et de l’Ukraine doivent mener à bien une enquête approfondie sur les points de passage de l’Ukraine avec ses sept voisins terrestres.  Une fois les réformes adoptées, l’UE «soutiendra leur mise en œuvre pour permettre aux agences de gestion des frontières d’offrir une meilleure prestation de services aux personnes, de promouvoir la coopération régionale et le commerce transfrontalier», a déclaré hier la mission de l’UE en Ukraine à propos du projet de trois ans.

    La Pologne prête 100 millions d’euros à l’Ukraine pour moderniser les 13 postes frontaliers terrestres entre les deux pays.  Le prêt de 30 ans à faible taux d’intérêt contribuera également à moderniser les approches routières et ferroviaires de l’Ukraine vers la frontière commune de 535 km.  Hier, la Rada a finalement approuvé une loi habilitante pour le prêt.  Il a été convenu pour la première fois il y a cinq ans.

    L’Estonie aidera l’Ukraine à installer deux systèmes électroniques de passage des frontières à deux des points de passage terrestres les plus fréquentés de l’Ukraine – Chop avec la Hongrie et Uzhgorod avec la Slovaquie.  En utilisant l’expérience estonienne, l’objectif est de couper les files de voitures et de piétons, selon un accord signé vendredi par le Premier ministre estonien, Jüri Ratas, et le Premier ministre ukrainien, Denys Shmyhal.

    Le Brésil et l’Ukraine, deux des exportateurs d’armes de deuxième rang au monde, ont commencé à discuter d’éventuelles coentreprises hier, le début d’une visite de cinq jours en Ukraine par les dirigeants de 13 des principaux producteurs d’armes du Brésil.  Dirigée par le vice-ministre brésilien de la Défense, Marcus Dego Rosas Pontis, la délégation comprend des représentants de: Avibrás, Embraer, Imbel, Taurus, Kryptus, Atech, Condor, Nitroquímica, SLO3, Inspirar, Nanonib, Senai Cimatec et Akaer.  Les Brésiliens ont discuté avec leurs homologues ukrainiens de la production conjointe et de la modernisation des chars de combat;  systèmes de missiles et équipements de défense aérienne;  cybersécurité, munitions, armes légères, drones, aérospatiale, systèmes radar et satellite.

    Les réunions en face à face de cette semaine font suite à une vidéoconférence il y a deux mois avec la participation de dirigeants d’UkrOboronProm et de Rosas Pontis, directeur du Secrétariat brésilien aux produits de défense.  «Ce sera une route à double sens», a écrit hier le ministre ukrainien des Industries stratégiques Oleh Urusky sur Facebook.  «Nos pays lancent un nouveau domaine de coopération qui a de grandes perspectives.»

    A l’issue d’un voyage de deux jours en Turquie hier, le Premier ministre Shmygal a déclaré aux journalistes que sa délégation avait invité les entreprises turques à participer à des concessions pour les autoroutes internationales et pour deux ports de la mer Noire.  Lors de réunions à Istanbul et à Ankara, il a invité des investisseurs turcs à construire des lignes ferroviaires à grande vitesse, des logements pour les Tatars de Crimée déplacés de Crimée et des hôpitaux urbains modernes.  Ukrinform rapporte que le tronçon d’autoroute que Shmygal a proposé aux entreprises de construction turques est l’autoroute Brody-Lviv-Krakovets, un tronçon de 250 km très fréquenté de la M10 qui prend désormais quatre heures.

    Alors que le partenariat de défense de l’Ukraine avec la Turquie s’étend à l’air, les forces aériennes des deux pays ont discuté de la possibilité d’un échange de données «y compris la surveillance de l’espace aérien» dans le cadre du programme d’échange de données sur la situation aérienne de l’OTAN, selon le ministère ukrainien de la Défense.  La Turquie est membre de l’OTAN.  Les deux pays envisagent de développer des gisements de gaz dans leurs secteurs de la mer Noire.  Ukrinform rapporte: «Les parties sont convenues d’un éventuel échange mutuel de données techniques pour la surveillance de l’espace aérien des zones économiques exclusives, ce qui permettra à l’Ukraine d’évaluer la situation dans sa propre zone économique exclusive, empêchant d’éventuelles menaces de la Fédération de Russie.»

    Les investisseurs turcs souhaitant acheter un quart des actions du fabricant de moteurs à réaction Motor Sich, les acheteurs chinois d’origine prévoient de faire appel de leur troisième rejet par le Comité antimonopole ukrainien.  Le groupe DCH de Kharkiv, partenaires minoritaires du groupe chinois, déclare faire appel du dernier rejet du Comité, affirmant qu’il était basé sur des «formalités».

    Défiant la récession, Ukrzaliznytsia, le principal transporteur de marchandises du pays, a transporté 7% de fret de plus en novembre qu’en novembre de l’année dernière.  En approchant de l’objectif fixé par le chemin de fer de 1 million de tonnes par jour, l’UZ a transporté 27 millions de tonnes au cours des 29 premiers jours de novembre, rapporte le Center for Transportation Strategies.  Le trafic intérieur, en grande partie vers les ports maritimes, a augmenté de 21%, à 13 millions de tonnes.  Le temps de rotation des wagons de marchandises a été réduit d’un tiers, à 7,8 jours.  La vitesse des trains de marchandises a augmenté de 5%, à 35 km / h.

    Le ministère des Finances a vendu aux enchères hier l’équivalent hryvnia de 93 millions de dollars d’obligations d’État.  L’obligation de 3 mois a été la plus populaire, représentant 74% des ventes, a rapporté le ministère sur Facebook.  Il a eu un rendement moyen pondéré de 9,89%.  Le rendement des obligations à 1 an était de 10,93%, en hausse de 17 points de base par rapport à la semaine précédente.  Le volume vendu ne représentait que 16% de celui de la semaine dernière, en partie parce que le ministère doit faire face à 350 millions de dollars de rachats cette semaine-là.

    L’ICU donne cet aperçu de la vente aux enchères du 24 novembre: «Pour la première fois depuis la fin du mois de février, les portefeuilles d’étrangers ont augmenté pendant une semaine, quoique d’une petite quantité.  L’augmentation ne s’est élevée qu’à 182 millions UAH (6 millions USD) … Il semble que la raison principale de ces achats soit une augmentation de la demande mondiale d’actifs à risque dans un contexte de fluctuations relativement modérées du taux de change de la hryvnia ces dernières semaines.  Cela pourrait inciter certains étrangers à acheter des factures sur le marché primaire, étant donné que les taux ont commencé à 10%, dans l’espoir que la hryvnia ne faiblira pas ou ne s’appréciera même pas.

     Soutenue par la neige fraîche, Bukovel, la plus grande station de montagne d’Ukraine, ouvre ce week-end pour le ski et le snowboard.  « Nous vous invitons dans les Carpates ukrainiennes », écrit le directeur de Bukovel Oleksandr Shevchenko sur Facebook. « Il n’y a pas de virus ici, juste de l’air frais. »  En effet, la région d’Ivano-Frankivsk a enregistré 36 434 cas de coronavirus depuis la mi-mars. On ne sait pas si les domaines skiables seront touchés par le verrouillage général, prévu pour fin décembre.

    Note de l’éditeur: L’histoire derrière l’histoire: la colère d’Oleg Tatarov contre le Bureau national de lutte contre la corruption a peut-être été motivée par une enquête de corruption menée contre lui par l’agence, rapportent Ukrainska Pravda et le Kyiv Post.  Tatarov, un ancien fonctionnaire du ministère de l’Intérieur sous le président Ianoukovitch a lancé une tirade verbale contre l’agence au moment où le président Zelenskiy disait au FMI et aux ambassadeurs occidentaux que l’agence avait le plein soutien de son administration.  Pour aplanir les choses, le bureau de Zelenskiy a précipité une déclaration disant que les attaques étaient «l’opinion personnelle» de Tatarov.  Timothy Ash est d’avis de Londres: «L’équipe de Zelenskiy doit se mobiliser pour débloquer le financement du FMI … il faudra une présidence de Biden pour se réengager avec l’Ukraine et pour que cela se produise. Avec mes meilleures salutations, Jim Brooke.

    Traduction Louis Chambaudie. Kiev. Ukraine.