Background Image

Mercredi 16 Septembre 

 Azur va voler de Kiev à Chicago, Miami et New York ... Début des travaux sur l'aéroport de Dnipro de 200 millions de dollars ... Les producteurs d'énergie solaire et éolienne s'inquiètent d'environ 1 milliard de dollars de dette verte ... Metinvest cherche 300 millions de dollars d'Eurobond
James Brooke
par James Brooke
UBN Morning News est rapporté et écrit par James Brooke, ancien correspondant étranger du New York Times et chef du bureau de Bloomberg à Moscou

Azur Air Ukraine prévoit de lancer des vols directs au printemps prochain de Kyiv Boryspil à New York, Miami et Chicago, rapporte Avianews. La semaine dernière, le service national de l’aviation de l’Ukraine a autorisé le transporteur à se rendre dans ces villes américaines.  Citant un porte-parole d’Azur Air, Avianews a déclaré qu’à partir du 1er avril, la compagnie aérienne se rendrait dans chaque ville deux fois par semaine, probablement en utilisant ses Boeing 767-300 ER.  Dans le passé, l’UIA et son prédécesseur, Aerosvit, utilisaient un système de rayons et de moyeux pour remplir leurs avions en direction de l’Amérique du Nord.  Détenu par Anex Tours, Azur Air devrait suivre sa stratégie point à point avec ses vols américains.  Les États-Unis et l’Ukraine ont un accord de ciel ouvert.

Juste à temps pour les élections d’octobre, les travaux commencent aujourd’hui sur le projet vieux de 7 ans de la construction d’un nouvel aéroport de 200 millions de dollars pour Dnipro. Hier, une entente a été signée pour commencer le nettoyage de l’équipement aéroportuaire existant et pour démarrer un projet de conception de 430 000 $.  Le ministre de l’Infrastructure, Vladyslav Krikliy, a annoncé qu’un appel d’offres serait prochainement lancé pour la construction d’une nouvelle piste de 3 200 mètres, 13% plus longue que celle existante.  Cet automne, Alexander Yaroslavsky dit que son groupe DCH va commencer à construire un nouveau terminal capable de traiter 1 000 passagers par heure.  Basé à Kharkiv, Yaroslavsky a construit le terminal d’aéroport très acclamé de 107 millions de dollars pour Kharkiv.

Avec 1 million d’habitants, Dnipro est la 4e plus grande ville d’Ukraine.  Mais l’année dernière, son aéroport était le 7e le plus fréquenté d’Ukraine.  En 2019, le trafic a grimpé de 13% à 339 000 – le niveau de 2015. En raison de la mauvaise piste de Dnipro et du terminal de l’ère soviétique, l’aéroport est évité par les compagnies aériennes.  Les exceptions sont UIA et Windrose, tous deux contrôlés par l’industriel de Dnipro Igor Kolomoisky.  En revanche, à Kharkiv, une ville de 1,4 million d’habitants, 11 compagnies aériennes ont transporté un total de 1340 000 passagers l’année dernière, soit près de quatre fois le niveau de 2015.

L’objectif d’Antonov est de produire 12 avions cargo militaires An-178 par an d’ici à 2033, a déclaré Alexander Los, le nouveau président de la société d’État basée à Kiev, à Ekonomichna Pravda.  Actuellement, un An-178, commandé par le ministère de l’Intérieur du Pérou, est en train de descendre la chaîne de production d’Antonov à Sviatoshyn, au nord-ouest de Kiev.  Le ministère ukrainien des Affaires intérieures en a commandé 13. Dans un long entretien, Los a déclaré que la prochaine priorité était de redémarrer la production de jets régionaux, sans composants russes.  Parmi ceux-ci, trois jets An-148 et 10 An-158 sont en production.

Les producteurs solaires et éoliens demandent au Premier ministre Shmygal d’utiliser l’argent du budget de l’État pour payer des factures qui pourraient dépasser le milliard de dollars d’ici la fin de cette année.  En vertu d’une loi entrée en vigueur le 1er août, le gouvernement s’engage à se tenir au courant des nouveaux tarifs verts réduits et à payer 40% de l’arriéré d’ici la fin de cette année.  Les 60% restants doivent être payés l’année prochaine.  Mais dans une lettre signée hier par des groupes de producteurs, le gouvernement accusait un retard de 800 millions de dollars le 1er août. Maintenant, l’acheteur garanti, ou GarPok, prédit qu’il aura du mal à payer 350 millions de dollars de plus d’ici la fin de cette année.  La lettre a été signée par l’Agence européenne-ukrainienne de l’énergie, l’Association ukrainienne de l’énergie éolienne et l’Association ukrainienne des énergies renouvelables.

Metinvest, le plus grand holding minier et métallurgique d’Ukraine, a annoncé hier son intention de placer une Eurobond de 300 millions de dollars sur 7 ans.  L’objectif est de racheter des obligations venant à échéance en 2021 et 2023. La société a mandaté Deutsche Bank, IMI – Intesa Sanpaolo, Natixis et Raiffeisen Bank International en tant que cogestionnaires.

Le ministère des Finances a levé l’équivalent de 215 millions de dollars lors de sa vente hebdomadaire d’obligations hier, six fois le montant levé une semaine plus tôt.  Environ la moitié du montant – 112 millions de dollars – concernait des titres en dollars américains à 13 mois, a rapporté le ministère sur Facebook.  Le rendement moyen pondéré était de 3,5%, au même niveau que lors de la dernière vente aux enchères.  Le rendement moyen pondéré des obligations hryvnia à 6 mois est resté inchangé – 7,82%.  Pour les obligations hryvnia à 2 ans, il a augmenté de 29 points de base, à 10,43%.

Le Bureau national de lutte contre la corruption a demandé aux banques de fournir des informations sur les étrangers achetant et vendant des obligations d’État nationales l’année dernière, ont déclaré plusieurs acteurs du marché à Interfax-Ukraine.  Une source a déclaré que le Bureau voulait savoir si les rendements avaient été «surestimés». Avec certains taux des obligations hryvnia atteignant 19,5%, les achats à l’étranger ont été multipliés par 18, terminant l’année à 116 milliards de hryvnia, soit près de 4,9 milliards de dollars.  Cette année, les avoirs étrangers ont encore augmenté de 10%, jusqu’à ce que la crise corona frappe en mars.  Aujourd’hui, les étrangers détiennent 85 milliards de hryvnia, soit 3 milliards de dollars.

Vues du marché obligataire:

L’ICU écrit à propos de la vente aux enchères de la semaine dernière: «Les étrangers n’étaient pas pressés de vendre des billets.  La semaine dernière, ils ont réduit leurs portefeuilles de 421 millions d’UAH (15 millions de dollars) à 86,5 milliards d’UAH (3,1 milliards de dollars), leur part dans l’encours total des obligations ayant glissé de 6 pb à 9,97%.»

in collaboration with CMS Cameron McKenna Nabarro Olswang Ukraine and UBN,  we have created the "Investing and Doing Business in Ukraine 2020 guide”.

Yuriy Butsa, vice-ministre des Finances et commissaire à la gestion de la dette publique, a déclaré vendredi lors de la conférence sur les obligations de l’ICU: «La faible inflation en Ukraine associée à des taux réels relativement élevés contribuent à maintenir l’intérêt pour notre marché des devises locales.  Aujourd’hui, nous avons un intérêt renouvelé pour les papiers plus longs.

Les investisseurs étrangers – réels et potentiels – ont eu droit hier à deux rapports qui donnent à réfléchir sur les efforts hésitants du président Zelenskiy pour réduire la corruption judiciaire.

«Dans la plupart des pays, les juges s’attaquent à la mafia», écrit Roman Olearchyk, correspondant vétéran du Financial Times en Ukraine. «Au tribunal administratif du district de Kiev, certains des juges sont la mafia, disent les enquêteurs anti-corruption.»  Détaillant le recul perçu par le gouvernement Zelenskiy sur la purge des tribunaux des juges corrompus, l’article avertit: «Lutter contre la corruption des juges est une priorité absolue pour le FMI, l’UE et les investisseurs internationaux.»

«Les réformes de l’Ukraine restent les otages de tribunaux corrompus», titre un article du Conseil atlantique rédigé par Diane Francis, une autre ancienne observatrice de l’Ukraine.  Un an après le début du gouvernement Zelenskiy, écrit-elle, la réforme judiciaire «les efforts reculent et risquent de se terminer complètement».  Citant l’intimidation des enquêteurs et des tribunaux peu disposés à se désengager  des juges corrompus, elle écrit: «Le président Zelenskiy doit s’attaquer à la cabale juridique du pays.»  En supprimant les 20 membres du Conseil supérieur de la justice, un «abattage» des juges pourrait se faire en quelques mois, et non des années.  Sinon, elle prévient: «La perpétuation des tribunaux tordus coûtera à terme à l’Ukraine son soutien du FMI et de l’Occident.  Les Ukrainiens resteront pauvres, les investisseurs boycotteront et le pays retombera sous le contrôle des oligarques et des forces russes obscures.

Construire un système anti-corruption efficace en Ukraine «est la clé des réformes structurelles et de la transition vers une croissance plus forte et plus équitable, une condition préalable au programme de soutien actuel du FMI», a déclaré jeudi à Washington le porte-parole du FMI, Gerry Rice.  Pressé de dire quand une équipe du FMI viendrait à Kiev pour revoir l’accord de confirmation de 5 milliards de dollars approuvé il y a trois mois, Rice a déclaré: « Je ne peux pas donner de date pour la première révision. »

De l’éditeur: Le mois dernier, j’ai volé Azur Air Ukraine jusqu’à Bodrum, en Turquie et retour.  C’était une bonne occasion d’inspecter mes genoux de près .  Au centre de détention de Guantanamo, Amnesty International classe ces poses prolongés comme des violations des droits humains.  Assis comme un bretzel, je me suis dit: si la dame en face de moi tente d’incliner son siège … je vais vite l’étrangler .  Hey!  Je rigole! Cela dit, Azur Air c’est mieux que pas de vols directs entre l’Ukraine et l’Amérique du Nord.  Le sort des routes transatlantiques de l’UIA semble incertain.  La semaine dernière, la compagnie aérienne ukrainienne a reçu un coup de pied gratuitement par le gouvernement lorsque les voyageurs ont été interdits de transit par l’Ukraine.  L’année dernière, le transit représentait la moitié des passagers empruntant les routes internationales de l’UIA.  Il y a quelques années, sur un vol UIA au départ de Bangkok, je me suis assis à côté d’un routard suédois à destination de Stockholm.  Il ne semblait que vaguement conscient qu’il débarquait en Ukraine.  Les passagers en transit ont permis à l’UIA de maintenir un réseau international assez décent. En développement rapide jusqu’à aujourd’hui, dans le seul bureau de l’UIA à Kiev, dans ma rue.  Il y a longtemps, le vent et la pluie ont soufflé un signe joyeux qui disait : «À la fin de la quarantaine – le 6 avril.»  Cordialement, Jim Brooke

Un grand merci à la traduction de Louis Chambaudie.