Langue:
Українська
Русский
English
Español
Polski
Türkçe

Hier, la chancelière allemande Angela Merkel a téléphoné au président russe Vladimir Poutine pour discuter du compromis, un accord conçu pour permettre l’ouverture du pipeline de 9,5 milliards d’euros cet automne.

Avec le projet d’Angela Merkel de démissionner après les élections du 27 septembre au Bundestag, les Verts, principaux opposants de son parti, se sont montrés cinglants.  « Au moment où Poutine exerce une pression rhétorique et militaire massive sur l’Ukraine et remet en cause une fois de plus la souveraineté du pays, Washington et Berlin envoient de mauvais signaux à Moscou », a déclaré Oliver Krischer, vice-président du groupe parlementaire du parti, et  Manuel Sarrazin, porte-parole de la politique est-européenne.

Post navigation
Previous post

A Washington, le représentant Michael McCaul du Texas, le plus haut républicain de la commission des affaires étrangères de la Chambre,

Next post

 L'Allemagne et les États-Unis ont dévoilé hier leur compromis sur le gazoduc Nord Stream 2,